3.3.08

Bonnet d'âne

Parce qu'aujourd'hui était la rentrée scolaire pour mes fillettes, et parce qu'on ne peut pas rire de tout, un petit billet d'humeur colérique.
Mais quelle école voulons-nous pour nos enfants?

Le discours de notre cher président Lord Farquaad veut laisser croire aux parents d'élèves et aux Français en général, qu'on n'enseigne pas à l'école primaire l'éducation civique, ni le vocabulaire, l'orhtographe, la grammaire ou le calcul. Qu'il n'y a pas d'éducation physique et sportive.
Le discours du président s'appuie sur des principes auxquels je ne crois absolument pas : la possibilité d'infuser le savoir par la simple autorité, une nostalgie passéiste.
Le discours du président et de ses sbires, se contredit lui-même : en autorisant, grand seigneur une liberté pédagogique, il veut imposer par un caprice irréfléchi, une façon d'enseigner l'Histoire de la Shoah à la manière de Paris-Match, le poids des mots, le choc des photos. L'enseignement par l'émotion et le sentimentalisme.

Il est possible et nécessaire de lire les nouveaux programmes soumis à concertation ici : http://media.education.gouv.fr/file/02_fevrier/24/3/BOEcolePrimaireWeb_24243.pdf
Les propositions de progression des apprentissages ici : http://media.education.gouv.fr/file/02_fevrier/24/9/apprentissage_primaire_24249.pdf


Les horaires d'enseignement sont réduits de deux heures, on nous annonce que les programmes seront recentrés sur des "fondamentaux". En réalité, on nous propose un alourdissement des programmes : la réintroduction du futur antérieur et du passé antérieur, la multiplication des nombres décimaux, la division décimale, l’étude du cylindre et du prisme, la longueur du cercle, le volume du pavé, l’introduction d’une première langue vivante au CP. De même s’ajoute l’éducation au développement durable, l’histoire de l’art et une heure hebdomadaire d’enseignement en Education Physique et Sportive. D'où mathématiquement une réduction du temps d'enseignement des arts visuels,de l'éducation musicale, de l'histoire et de la géographie.

On demande aux enseignants de faire des leçons de morale. Mais quelle morale? Celle qui apprend que celui qui s'acoquine avec les nantis, gagne le plus d'argent, expose sa vie privée en public, poignarde ceux de son camp pour prendre leur place, aura le pouvoir en toute impunité? Y aura-t-il des tests de moralité des enseignants? Leur rémunération sera-t-elle indexée sur leur respect des valeurs de l'UMP?

On propose d'étendre les mesures de suppression de carte scolaire et de publier les résultats des écoles. Les résultats des évaluations nationales de CP et de CE2 je suppose, ou de début de 6e? C'est oublier que ces évaluations étaient conçues au départ pour permettre aux enseignants de réfléchir à leur progression annuelle et aux remédiations à mettre en place, et non pas pour mettre les écoles en concurrence et creuser les écarts.

Les programmes bafouent les travaux de recherche pédagogique qui montrent que l'acquisition de compétences et de connaissances ne se réduit pas à la mise en place d'automatismes et de mémorisation. Mais il pourrait être dangereux politiquement de former des élèves qui sauraient réfléchir, être curieux d'apprendre, ou bien de développer leur esprit critique.

Pour lire des réactions de chercheurs sur ces nouveaux programmes de février 2008 :
http://www.snuipp.fr/spip.php?rubrique1176

Vos enfants connaissent des difficultés en CM1-CM2? Dès les vacances de Pâques, M.Darcos leur propose des stages de rattrappage! Parce que les vacances semble-t-il n'ont pas d'intérêt pour les enfants, parce que punir ceux qui sont en difficulté en leur infligeant encore plus d'école est sans doute cohérent. Ah lui il est nul et il est vilain en plus, alors on va le garder à l'école, il n'aura pas le droit de partir en vacances. Ses parents vont encore plus l'estimer de les empêcher de partir en vacances. Encore un dispositif dans la précipitation. Dispositif coûteux qui plus est, alors qu'on nous clame qu'il y a trop d'enseignants d'un côté, et que d'un autre côté les profs absents ne sont pas remplacés... Au lieu de proposer à ceux qui n'ont pas les moyens de partir, des loisirs artistiques, sportifs ou culturels, pourquoi ne pas les assommer d'une bonne dose d'école, afin qu'ils la détestent bien et n'y reviennent plus? Ajoutons que cette mesure a été prise sans aucune concertation des syndicats. La mise en oeuvre varie selon les rectorats... Certains demandent aux enseigannts de leur fournir des listes de leurs élèves en difficulté (pour mieux les ficher dans base-élèves???) sans en avertir les parents (oh surprise!!!), d'autres demandent l'autorisation préalable des parents...
Un dernier petit mot sur l'évaluation des enseignants, dont les modalités ne sont pas définies, mais dont on sait qu'elle permettra d'indexer leur rémunération : ce qui est déjà légèrement le cas tout de même, eentre ceux qui ne gravissent les échelons qu'à l'ancienneté et ceux qui les gagnent à la sueur de leurs inspections. Sans doute souhaite-t-on introduire dans l'évaluation des enseignants l'avis des petits élèves ou bien celui des parents. On veut une école consumériste et concurrentielle, une école qui laisse de côté les enfants en difficulté (ils n'auront qu'à venir le samedi matin!) oui ou non?
Moi, je me pose encore une fois la question : quelle école voulons-nous pour nos enfants?

9 commentaires:

Bellzouzou a dit…

Bravo.

Shalima a dit…

Que dire de plus ? rien. C'est consternant. Avec de telles méthodes , je ne donne pas cher de l'enseignement public :-(

MissBrownie a dit…

Merci d'avoir pris la peine de tout détaillé.
C'est du grand n'importe quoi!
Je ne veux pas de cette école pour mes doudoux...
Ce n'est pas en étudiant le prismequ'on trouve un boulot plus tard... Au contraire, il faut que nos enfants aient des activités divertissantes et enrichissantes ...

Amandine a dit…

Bellzouzou, j'en déduis que tu es d'accord avec moi?

Shalima, oui c'est triste pour nos enfants, et surtout pour les autres enfants, je pense, ceux qui n'ont pas les mêmes chances... C'est triste pour l'école de la République.

Miss Brownie, quelque part je pense que si , l'étude du prisme peut aider à savoir faire un trvail plus tard, parce que former l'esprit à la géométrie dans l'espace, à la représentation en perspective, au dessin de précision, cela pourra permettre d'apprendre ensuite à dessiner des plans pour une maison, dessiner une voiture, savoir lire une représentation graphique... enfin, je m'égare.

SuperTomate a dit…

Moi je n'aurais qu'un mot " :casse-toi, pauv'con"

^_^

SuperTomate a dit…

aurai, pas aurais, enfin quoi.

Amandine a dit…

Supertomate, oui oui tu as bien raison, mais malheureusement ça n'a pas l'air très efficace!!!

Sof a dit…

Que je suis d'accord avec toi Amandine !!

et je rajouterai un paragraphe sur la supression des prof remplaçants ... il n'y en a plus en anglais dans l'académie d-orléans-tours (plus de TZR : titulaire d'une zone de remplacement), donc en cas d'absence prolongée de prof ... ben on appelle l'ANPE et éventuellement on peut avoir quelqu'un ... titulaire d'une licence quand même, c'est le minimum mais sans formation particulière pour enseigner .. Mais quelle importance finalement pour l'éducation nationale, hein? Elle n'est pas payée pendant les vacances, uniquement pendant son remplacement, c'est toujours qq sous de gagnés et tant pis pour les élèves !

Alizarine a dit…

Je partage une grande partie de tes indignations, et notamment cette histoire d'asséner encore plus d'école à ceux qui n'y réussissent pas aussi bien que leurs petits camarades.
Je ne savais pas qu'il était question de noter les enseignants, et je comprends bien la levée de bouclier face à cette mesure, ça me rappelle un peu l'histoire du site note2be, n'y a-t-il pas une grosse contradiction à évaluer les élèves sans que ceux-ci puissent jamais en faire autant ?
Enfin c'est sans doute symptomatique des rapports de pouvoir mâitre/élève du système scolaire.
En tout cas bon courage à vous, et à vos élèves, je crois que former l'esprit critique des petits écoliers n'est pas, loin s'en faut, le but de l'école, et même pour les enseignants, faire cohabiter leur pratique professionnelle et leur esprit critique doit être au moins une gagueure.
Bises