2.11.05

Il y a six mois...

Aujourd'hui, ma grande Piwouane a 2 ans et demi. Pour fêter cela elle a fait pipi dans sa culotte et m'a dit qu'elle voulait redevenir un bébé. Ben voyons...

Demain, ma petite Pitoue aura 6 mois tout juste. Une demi-année!

Il y a six mois je trépignais d'impatience en attendant la naissance de ce deuxième bébé. Enfin, je trépignais très intérieurement car mon volume sphérique ne me permettait guère en réalité de m'adonner à des exercices physiques aussi intenses... Je relisais frénétiquement mes livres de chevet sur la naissance (au passage merci Bernadette de Gasquet et Isabelle Brabant dont je conseille ardemment les ouvrages...), surlignais les passages qui me paraissaient essentiels (au cas où j'aurais une subite envie de les relire en salle de travail?), m'entrainais à la poussée expirante ( = comment s'imaginer en tube de dentifrice...), pestais contre mon mari, mangeais du chocolat.
Il y a six mois, je savais d'avance que la naissance serait rapide (suite à une prédiction du devin qui avait lu dans mes entrailles la semaine précédente : "Surtout madame sautez dans votre voiture dès que vous sentez que le travail commence." Sautez, sautez... Facile à dire...). Je guettais donc la moindre contraction douloureuse...
Il y a six mois, nous fêtions les deux ans de Piwouane, qui nous menait la vie dure en se réveillant toutes les deux heures en hurlant depuis 4 mois sans doute par solidarité avec ce bébé attendu...
Il y a six mois, dans la nuit du 2 au 3 mai, comme si le bébé avait attendu que l'anniversaire de Piwouane soit terminé pour avoir ensuite le sien propre, quelques contractions me dérangèrent subrepticement.
Il y a six mois et un jour, le 3 mai au matin, Piwouane me réveilla en pleurnichant vers 7h du matin, bien tôt pour un petit hibou comme elle. Le papa s'apprêtait à partir bosser. Dès que je posai le pied par terre, une belle contraction déclencha le fameux " mais oui vous saurez quand ce sera le début du travail...". J'interpellai le papa du haut des escaliers afin qu'il ne parte pas...
Le temps de donner un biberon de chocolat, de prendre une douche très rapide, de réveiller la mamie de Piwouane et de bien expliquer à celle-ci ce qui allait se passer... Nous partons vers 7h45.
Le trajet en voiture est difficile, les contractions sont d'emblée très rapprochées, je sais que le travail est TRES engagé.
Nous arrivons à l'Hotel Dieu, sonnons, et avançons dans le couloir à la recherche de quelqu'un ... Nous sommes accueillis par une équipe très détendue qui me fait à nouveau retraverser tout le couloir (bon, il parait que marcher aide à gérer les contractions...) .
J'ai du mal à me dévêtir, il faut que F. m'ôte mes chaussettes, c'est cocasse. Examen, la sage-femme commence à accélérer le mouvement ( ah oui, 9 cm quand même...). Je lui glisse mon projet de naissance.
La "chambre de naissance" que nous avons demandée est très chaleureuse, les murs sont recouverts de lambris, il y a un jaccuzzi, un ballon, et pas d'affreuse table gynécologique mais un grand lit sur lequel on peut s'installer confortablement. Il y a aussi un ancestral carrelage marron.
Il n'est plus temps de rire, la dilatation est complète, mais le bébé n'est pas encore bien descendu. Pour l'aider, je m'accoude au lit , à genoux sur des petites marches. F. tente de me bercer un peu comme nous l'avions appris en haptonomie pour Piwouane. Je sais que ça ne va plus être très long et cela m'aide beaucoup à gérer la douleur. Ce qui m'aide moins, c'est la sage-femme qui s'y tente de poser une voie pour la perf et de me mettre un monitoring, il faut dire que c'est un peu tard pour ces petits préparatifs... Bon, je la pardonne.
La poche des eaux se rompt, c'est chaud.
Le bébé est descendu. Les sages-femmes me demandent de m'installer pour la naissance, mais je ne suis plus en mesure de bouger réellement, je ne sais d'ailleurs pas vraiment comment m'installer...
Je parviens à me hisser sur le grand lit allongée sur le côté gauche, F. s'assoit à mes côtés.
Un vent de panique m'emporte, le souffle me manque... C'est l'ultime transition avant la rencontre avec ce bébé et je suis ravagée par la peur. Une terreur venue du fond des temps, du creux de mon ventre... Je gémis mon angoisse, F. me caresse les cheveux en chuchotant : "Allez, tu vas pousser tout doucement, et le bébé va naître ..."
Le bébé pousse tout seul... Il veut nous rencontrer!
Quelques instants plus tard, c'est F. qui saisit le bébé sous les bras pour le sortir et le pose contre moi. C'est une petite fille. Il est 8h40.

Il y a six mois , je chantais à mon bébé "Bienvenue".
F. ôtait son t-shirt et prenait Pitoue contre son torse nu.
Deux heures plus tard Piwouane découvrait sa petite soeur : "Oh c'est tout mignon!" et jouait à sauter sur le ballon cacahuète.

14 commentaires:

Tippie a dit…

C'est magnifique, Eve! Magnifique!

Amandine a dit…

Merci Tippie ;) Mais le plus joli, c'est le résultat et je n'ai pas mis de photos...

Tippie a dit…

En effet! Et elles sont toutes deux adorables tes puces :o)

Ali Gâteau a dit…

De la pure émotion :)
J'ai envie de dire: "encore" ;)
D'ailleurs tu veux d'autres enfants ? ;)

Amandine a dit…

Mais oui mais oui Ali!!! Nous aimerions avoir au moins 3 ou 4 enfants! Et toi?

Ali Gâteau a dit…

Nous: deux, ni plus, ni moins :p

Amandine a dit…

Je relis ce post et je m'effare du nombre de fautes de conjugaison (sans parler des fautes de frappe). On mettra ça sur le compte de l'émotion?

Bonnie a dit…

Très joli Amandine ! :-)
...et drôlement rapide, comme la naissance elle-même. Même moi je ne ferais pas aussi bien...;-)

Amandine a dit…

Coucou Bonnie, contente de te lire ici!!! "Rapide" tu veux dire que j'ai un peu tardé pour le faire, ce récit? Ou bien sincèrement tu trouves que c'est un court récit?

Anonyme a dit…

c très émouvant...
gros bisous,
agnès

Anonyme a dit…

C'est tout doux Eve, tout doux et tendre.
Naissance 'un enfant, naissance d'une maman.
Plein de bonheur à tous les 4 , 5 , 6....
Cat

Anonyme a dit…

C'est sublime, émouvant, j'en ai les larmes aux yeux. Bravo Eve et tes puces sont vraiment craquantes !!!

Marie

Marie a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
C. a dit…

Amandine ton récit est tres beau !

Je flanais sur la blogosphère et je suis tombée par hasard sur le tien. Je suis allée voir ton site de photos : génial !

C marrant on a pas mal de points communs, moi asiatique mon homme charentais !

de quelle origine es-tu ?

Continue, ta famille est trop mignonne !